Le tatouage polynésien est plus qu'un art chez les maori, c'est une tradition.
Il a été interdit par les missionnaires et est revenu que dans les années 80.
Le tatouage traditionnel démontrait le rang social et la généalogie de la personne.
Par exemple une femme se faisait tatouer la main droite à l'âge de 12 ans et ainsi elle était autorisée à préparer le repas.
Chaque homme et femme passaient ce rite pour marquer le passage à l'âge adulte. Le tatouage été fait par un "tahua"( shaman), c'était un art sacré.
On commençait donc par un tatouage à l'adolescence mais celui ci s'agrandissait au fur et à mesure de la vie sociale que prenait la personne dans la hiérarchie.
Plus une personne était tatouée, plus elle était respectée. C'est pour cela que les chefs ou les guerriers étaient recouverts de tatouages.

Chaque motif a une signification. La langue tahitienne n'était que orale à l'époque et ils arrivaient à retranscrire leur tradition à travers le tatouage.
Les outils utilisés pour le tatouage traditionnel polynésien étaient tout simplement des os ou écailles de tortue en forme de peigne; accrochés à un bout de bois, et un autre bout de bois pour taper sur le premier afin d'inciser la peau pour laisser pénétrer l'encre.
Cette action de "frapper" fut appelée "tatau" en tahitien.
De nos jours, le tatouage traditionnel se fait encore mais rarement.
Je vous fais part d'une petite vidéo de démonstration du tatouage traditionnel.....